Un vulgaire mal de dos

Aujourd’hui, j’ai décidé de faire un article beaucoup plus personnel, dans lequel je vais vous parler d’un épisode de ma vie.

Tout a commencé il y a bientôt 3 ans, un classique mal de dos comme je peux en avoir régulièrement. Comme il ne passait pas, je me suis décidée à aller au médecin. Anti-douleur, anti-inflammatoire, repos le soir et les week end mais rien y fait, la douleur disparaît quelques jours pour revenir encore plus forte. A l’époque, mini miss allait sur ses 3 ans, elle n arrivait pas encore à s’installer seule dans le siège auto, je revois la nounou qui tous les soirs devait m’aider à l installer car j’avais trop mal.

Je retourne au médecin, elle me prescrit une radio et me suggère de m’arrêter un peu… M’arrêter pour un mal de dos !!?? Ah non, je retourne donc au travail et demande une demi journée pour aller faire ma radio … A ma grande surprise, on me l’a refuse, on m’autorise à m’absenter une heure pour passer ma radio mais je dois revenir après… Finalement, j’aurai peut être dû accepter l’arrêt maladie…  Au final, la radio n’a rien donné mais le mal est toujours là… Direction l’ostéopathe, après plusieurs séances j’ai abandonné, toujours pas de résultat et ma patronne qui me regardait de travers à chaque fois que je m’absentais… Ben oui, abandonner son poste pour un vulgaire mal de dos, ce n’est pas possible quand même !!!

Les mois passent mais pas la douleur. Elle s’est bien installée, dans mon dos mais aussi dans ma vie … Impossible de faire quoi que ce soit, impossible d’aller se balader, de jouer avec mini-miss, de porter quelque chose, chaque geste du quotidien devient alors une souffrance. Je me décide alors à retourner au médecin, mais malheureusement je tombe sur une remplaçante peu compatissante et pas du tout décidée à chercher ce qui peut autant me faire souffrir… Ben oui, si j’ai mal c’est de ma faute… J’ai qu’à faire du sport et j’irai beaucoup mieux… Je suis sortie de ce rdv assez abasourdie et perdue. J’avais mal mais personne ne me soignait. Mon mari voyait comme je souffrais, et ne comprenais pas que personne ne puisse me soulager.

Quelques mois plus tard, je suis tombée enceinte de mon second enfant, un immense bonheur. Malheureusement, au fil des mois la douleur est devenue de plus en plus forte et surtout elle était là, tout le temps. Du lever au coucher, et même la nuit elle me réveillait. Je décide donc de retourner chez mon médecin.. Malheureusement je retombe sur cette charmante remplaçante… donc rdv complétement inutile. Je prends donc mon mal en patience et retourne quelques semaines plus tard chez mon médecin, cette fois pas de remplaçante. Etant enceinte, elle ne peut pas me donner grand chose en dehors des doliprane, et des séances de kinés. Mais je suis quand même partie du cabinet avec un arrêt de travail ( non, cette fois je ne le refuse pas !!) car elle veut que je lève le pied et me repose un peu, plus possible de faire de déplacement dans cet état. Enfin, je me sens un peu écoutée et aidée.

Je retourne donc au bureau avec mon arrêt. C’est sûre que sur mon visage, ça ne risque pas de se voir que j’ai mal au dos et quelque chose ne va pas. Mais dès que je marche et ma façon de me tenir me trahissent. Au travail, tout le monde savait que ça n’allait pas, pourtant quand je suis revenue avec mon arrêt, certains avaient déjà oublié et étaient même étonné que je m’arrête. Du coup, j’ai été en arrêt six semaines plus tôt que prévu, j’ai pu en profité pour bien me reposer malgré les douleurs en attendant l’arrivé de M Bébé. Les médecins me laissaient espérer que cette douleur partirait avec l’accouchement, même si les douleurs étaient déjà là depuis longtemps, ils pensaient à une sciatique liée  à la grossesse.

L’accouchement se passe très bien, mais voila, le lendemain j’avais toujours autant mal… Comme je n’ai pas allaité, j’ai eu tout de suite droit à des anti inflammatoires et anti douleurs, et à passer un scanner. On me dit que j’ai juste une petite hernie discale, donc je reprend la kiné. Mais rien ne se passe, au contraire la douleur est de plus en plus forte. Le matin, sortir du lit est une vrai épreuve. La douleur est telle que je n’arrive pas à rester assise pour prendre le petit déjeuner. Un éternuement et une décharge parcourt tout mon corps. Faire de la corde à sauter avec ma fille impossible sans avoir une terrible douleur dans le dos dés le premier saut. Je suis incapable de porter  M Bébé. Mais voilà, pas d’arrêt après mon congé maternité, je retourne donc au travail.

Ca commence par la visite médicale de reprise un vrai sketch. Le médecin du travail ne comprend pas comment je peux reprendre dans cet état mais est obligée de me mettre apte et me suggère d’aller voir mon médecin pour avoir un arrêt… sauf que mon médecin ne veut pas m’arrêter. Heureusement je n’ai repris qu’à 80%, je profite donc de mes lundis, seule à la maison pour bien me reposer, mais cela ne suffit pas. La douleur est insupportable, me réveille la nuit et impossible de me rendormir. Impossible de porter M Bébé, de toute façon le médecin me conseille de le porter le moins possible… et comment peut on dire à une maman qu’elle ne doit pas porter son bébé, après tous ces mois je ne comprend toujours pas. Mais ce qui m’a certainement le plus touché, et que je ne pourrai jamais oublier, c’est quand ma mini-miss du haut de ces 5 ans, un jour où j’avais encore très mal, m’a pris la main et m’a dit de ne pas m’inquiéter que bientôt j’irai mieux.

Les mois passent, entre temps rdv chez un rhumatologue puis Irm. Et là enfin on me dit ce qui ne va pas, une hernie discale. A priori assez importante, vu que l’on me suggère tout de suite l’opération. Malgré l’inquiétude de l’opération, c’est enfin le soulagement, enfin on met un nom sur mes douleurs et surtout enfin on ne dit que c’est normal que j’ai extrêmement mal vu les résultats de l’Irm. Il aura presque fallu deux et demi pour en arriver là.

Quand j’ai annoncé au travail et à l’entourage que je devais me faire opérer beaucoup on était surpris et ne s’attendait pas à ce que je doive faire une telle opération, je pense que pour tout le monde j’avais mal mais voilà ce n’était qu’un mal de dos. Certains m’ont dit que j’avais bien morfler avec la grossesse, qu’il ne fallait pas que je fasse un autre bébé car j’avais le dos trop fragile, que mon bébé m’avait bien abimé le dos et m’ont demandé si je voulais vraiment faire une telle opération.. etc.. Je préfère oublier ces mauvaises remarques et garder le principal, je me suis fait opérer en novembre et à mon réveil mes douleurs ce sont envolées. Avec l’opération,  il faut que j’y aille doucement, je ne peux pas encore porter mon fils, mais j’attend avec impatience que les 3 mois de convalescence se soient écoulés pour qu’enfin je puisse le porter. Dans quelques semaines, tout cela sera derrière moi, et je pourrai jouer avec mes enfants comme si rien ne s’était passé et je pourrai enfin faire voir à ma fille comment on fait de la corde à sauter…

Stéphanie

 

Publicités

2 réflexions sur “Un vulgaire mal de dos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s